M2 Biologie Santé - option Neurosciences - STB3

Vous trouverez dans ce cours des vidéos à podcaster en vue de votre participation au séminaire STB3 de l'option neurosciences du M2 Biologie Santé

Responsables : Fabien D'Hondt et Kathy Dujardin

Journée Thématique BioBanking JT5 Banques de tissus humains : de la conception à l’utilisation De la Conception à l’utilisation, à l’avenir Responsables :

le 8 novembre  2016 Pôle Recherche 9h30 17h30  Salle de réunion de l’équipe d’INSERM U1190 3ème centre –ATTENTION la porte d’entrée est au 3 OUEST

Julie Kerr-Conte, Robert Caiazzo  jkerr-conte@univ-lille2.fr

Enseignants : Patrick Gélé, Violeta Raverdy, Isabelle Grit, Maxime Caillier

Le terme «biobanques» désigne des collections d’échantillons de substances corporelles humaines (p. ex. des cellules, des tissus, du sang et de l’ADN…), qui sont associés à des données et des informations personnelles concernant leur donneur. Les biobanques présentent un double caractère: elles sont des collections à la fois d’échantillons et de données. Elles constituent une ressource essentielle pour la détermination des causes et des mécanismes de nombreuses maladies. Nous prendrons l’exemple du contexte obésité/diabète pour illustrer ces propos. Quel est l’intérêt des banques d’échantillons ? Comment les échantillons sont-ils stockés et comment peut-on y avoir accès ? Quels sont les aspects réglementaires ? Biobanking in the era of induced pluripotent stem cells : biobanques dans l’ère des cellules souches pluripotentes induites. Nous illustrerons ces propos à travers des exposés de divers intervenants et des exposés bibliographiques des étudiants.

EXPOSES : 10 diapos- ou10 minutes de présentation (avec chronomètre car il faut s’entrainer pour le M2)+ 10 minutes de questions

Vaccins actuels et futurs: de la recherche fondamentale à son application en Santé publique

Les fonctions immunitaires du lymphocyte B revisitées : Impacts en pathologies auto-immunes

 

L’implication des lymphocytes B dans la réponse immunitaire ne se résume pas à la seule production d’anticorps. Les lymphocytes B sont des cellules capables de présenter l’antigène aux lymphocytes T et elles contribuent à l’organisation générale de la réponse immunitaire par la production de cytokines. On les décrit comme des cellules à l’interface de l'immunité naturelle et de l’immunité adaptative par l’expression de récepteurs qui les rendent sensibles à de nombreux échanges avec leur environnement immédiat. Les LB constituent toutefois une population hétérogène, composée de différentes sous populations définies par leur état de maturité, leur voie de différenciation et leur répertoire de reconnaissance immunitaire. Beaucoup reste à découvrir à propos de leurs propriétés fonctionnelles respectives. La population de LB dits de la zone marginale de la rate sera particulièrement décrite, avec un exemple d’implication dans le cadre de la vaccination vis-à-vis d’antigènes polysaccharidiques. Dans le domaine des pathologies auto-immunes, nous verrons, au travers de travaux issus de l’expérimentation animale comment les LB peuvent exercer des fonctions d’amplification ou de régulation de la réponse immunitaire justifiant les approches thérapeutiques déplétives actuelles. Enfin, différents outils d’analyse du répertoire des Ac seront présentés.

 Master Biologie Santé - 2ème année

Responsables : Kathy Dujardin - Fabrice Allain

gestion administrative : fabienne.balcaen@univ-lille.fr

Master 2 - Biologie et Santé 

Parcours E : Epidémiologie, statistique, santé publique et traitement de l’information

Responsables : Régis Beuscart, Claire Pinçon.